Les objets connectés

Sujet : du quotidien, Objectif : Vous faire apprécier le XXème s.,
Observation : Le smartphone n a rien de smart

Une nouvelle génération d’objets du quotidien est en train d’apparaître. Avec le préfixe « smart » pour les rendre plus intelligents, mais la valeur ajoutée de leurs nouveaux services comporte de grands risques en termes de fuites de données.
Le fait est que ces logiciels qui les font fonctionner sont souvent propriétaires : on ne peut presque jamais les voir, les comprendre, les modifier pour les adapter à nos besoins ou savoir ce qu'ils font !

En réaction, on parle de mettre en place en protection le « Privacy by design ».
La « privacy by design » c’est l’idée que le respect de la vie privée doit être inclus dès la conception des outils.

Prenons le cas des « Quantified Self »
"La mesure de soi " (en français) est un ensemble d'outils, de logiciels, de capteurs électroniques qui mesurent notre santé : le nombre de pas, les calories dépensées, les heures de sommeil, le rythme cardiaque...
Ces objets connectés Quantified Self (balance, montre, bracelet, brosse à dent...) recueillent un maximum de données sur notre santé et notre activité physique.
Cette collecte de données comporte néanmoins des risques en matière d’éthique et de sécurité, comme la commercialisation des informations personnelles (databrokers, assurances, banques...), perte de la confidentialité des données médicales, piratage informatique mettant en péril le secret médical...

Il est important de prendre conscience que les données que nous produisons sont confidentielles et qu'il est urgent de les sécuriser, qu’elles soient ou non diffusées.

Exemple des assistants vocaux

De type Amazon Echo - Google Home - Microsoft Corona

Emission de 2018 produite par tomg conseils (http://tomg-conseils.com/) pour Regards Connectés.

Dans cet interview Rand Hindi nous fait part de ses convictions éthiques.
"Pour pouvoir fonctionner ces petites enceintes connectées sont en fait de magnifiques mouchards qui vous écoutent en permanence et peuvent, potentiellement, envoyer vos conversations en cloud sur les serveurs de Google ou Amazon sans réelle transparence. Pour y remédier Rand Hindi et Snips ont la solution. Le système de reconnaissance vocale et le moteur d’actions sont intégrés directement dans l’objet qui a besoin de reconnaître votre voix et pourquoi pas de vous répondre." Regards Connectés

Derrière les assistants vocaux, il n'y a pas que des robots !
" Julie, qui a travaillé pour une entreprise chargée d' « améliorer » le fonctionnement de Cortana, l’assistant vocal de Microsoft, en écoutant une à une diverses paroles captées par la machine ".
Son témoignage en vidéo - mai 2018

Exemple du Smartphone

Exodus nous a révellé l'importance du nombre de trackeurs dans nos applications.
Les fonctions de ces trackeurs sont de collecter, stocker, et envoyer nos données (utilisateur et activité) aux entreprises commerciales

Autre aspect, la conception même des produits permet la fuite des données d'usage. Jérémie Zimmermann nous explique en 3mn
"Les smartphones sont utilisés contre nous"

Comment se protéger...presque ?
  • Éteindre le réseau wifi, la géolocalisation et le bluetooth après usage
  • Ne pas cliquer sur les liens et/ou pièce jointe non sollicité
  • Choix de l’installation d’app en fonction des permissions, « a-t-elle besoin d'accéder à toutes vos informations ? »
  • En cas de déplacement type voyage, apposer un signe distinctif (comme une pastille de couleur) sur les appareils pour s’assurer qu’il n’y a pas eu d’échange pendant le transport.

ANDROID ET VIE PRIVÉE

▶︎ Introduction 00:00
▶︎ Les paramètres d'Activité Google 02:02
▶︎ Les paramètres Google sur le téléphone 04:07
▶︎ Les paramètres de l'Appli Google 04:56
▶︎ Les paramètres GPS 05:27
▶︎ Les paramètres du service d'Assistance 06:15
▶︎ Les permissions des applications 06:52
▶︎ Le clavier Google 07:15
▶︎ Les paramètres de l'appli Téléphone 08:14
▶︎ Pour aller plus loin / Conseils 08:38

“Fairphone”, le premier smartphone éthique 2016


Président de la société Dotvision, Guillaume Pelletier travaille depuis une quinzaine d’années dans les objets connectés, notamment sportifs. Il regrette aujourd'hui beaucoup trop de marketing, et un marché encouragé par de grands groupes de la Silicon Valley au profit de leurs services de cloud (stockage de données sur des serveurs à distance). Les objets connectés, chevaux de Troie de l'intelligence économique 9 mn 2016

Aller + loin :